Pub locale

Expo : Sculptures de Yannick Huiban

de Mercredi 5 Septembre à Jeudi 25 Octobre
Plouhinec, Médiathèque Germaine Tillion

J’ai travaillé 15 ans sur le thème « Matières Pauvres – Précieuses Matières ». Des sculptures en bas-relief étaient construites à partir d’empreintes en plâtre de déchets domestiques. La couleur, volontiers raffinée, venait contredire l’aspect brut du bas-relief. Cette technique personnelle m’a ouvert à d’autres solutions plastiques, m’offrant la possibilité de travailler plus grand, moins lourd, moins fragile.

Bouleversé par les attentats de janvier 2015, j’ai voulu exprimer mon ressenti artistique sur ces drames.
C’est poussé par cette volonté que j’ai remis en question ma technique. Malgré mon impatience, il m’a fallu 2 ans avant de trouver une réponse possible.
Depuis 2017 je travaille sur du bois cintré. Pour garder l’aspect sculpture, je galbe du contre-plaqué sur des châssis en berceau. D’autres matériaux interviennent, bois, pierres, graines, ficelle…et la brûlure du feu. Puis la couleur et le ruissellement de l’eau sont inlassablement et perpétuellement remis en question.
Particulièrement touché par la mort de Cabus, je lui ai dédié le travail nommé : « 7 janvier 2015 », qui se revendique violent comme sa mort, doux et beau comme sa personne.
Il s’ensuit d’autres travaux se référant avec distance à des aspects tragiques de l’actualité, « Esclavage », « Jour de fête », « Délivrance ».

Quand je commence un travail, je ne sais pas vraiment d’où je pars ni où je vais. On dit que ce qui est important c’est le voyage, pas la destination : je n’en suis pas sûr.
Mon travail migre entre désespérance et désolation à la recherche du beau.

Source : http://huibanyannick.blogspot.com/

Photos d'un jour